Droit de voter chez-soi

Au Directeur général d’Élections Québec,
Cette note veut donner une voix aux résidents, surtout anglophones, de Portage-du-Fort, comté de Pontiac (section de vote 18). Ils ne le savent pas encore et au moment ou ils le sauront (vers le 28 septembre) il sera trop tard!
Je parle du fait qu’ils devront se rendre dans le village voisin (Bryson) pour voter le 1er octobre 2018. Il est vrai que c’est déjà arrive il y a plus de quatre ans et ce fût pénible mais depuis, à la fois pour les élections fédérales que pour celles municipales, on a toujours su trouver les moyens pour nous permettre de voter chez-nous. Comment se fait-il qu’à élections Québec on ne puisse faire de même?
Parce qu’on est peu nombreux - mais quand-même assez pour établir une section de vote, parce qu’on est anglophones, parce que la populations est âgée, parce qu’on n’aime pas se plaindre (ou on ne peut pas le faire en français) ou parce qu’on croit encore naïvement qu’il y a quelqu’un qui se soucie de nous et de nos droits?

 

*  This article is available only to subscribers of the Premium or Online Edition memberships.  *

If you have already subscribed please login using your email address and password. If not then please subscribe to the online edition using our Subscribe page.