Sunday, July 14, 2024
NewsTop Story

MRC takes incinerator on tour to Fort Coulonge

by Pierre St-Cyr
Fort Coulonge
Mar. 27, 2024
A capacity crowd of about 70 people squeezed into the Club de l’Âge d’Or in Fort Coulonge on Wednesday evening to learn and voice concerns about the MRC Pontiac’s proposal to build a garbage incinerator in the region.
The town hall style meeting was the second of five the MRC has planned for the region.
As at the first town hall last week, Allumette Island mayor Corey Spence presented a series of videos and slides on behalf of the MRC laying out the business plan for the proposed incinerator.
The Fort Coulonge presentation was intended to provide information to francophone residents, but some members of the audience requested Mayor Spence not use the french translations prepared for the evening because they could not understand the information being communicated.
Spence explained that three technologies used to treat waste were analysed, including pyrolysis, gasification and mass combustion, but that mass combustion was favoured because of its robustness and profitability.
Many in the room were critical of the proposed option, saying that it was the wrong way to go, and that they would like to see the MRC invest more in recycling and composting. Others were concerned with the health risks involved with a technology they said still has difficulties meeting air emission quality levels.
Warden Jane Toller reminded attendees that this was an information session and that the MRC will not move forward unless a solution can be found that is healthy for everyone and acceptable to the general public.

Pour l’article complet, voir ci-dessous

Séance d’information haute en couleur à Fort-Coulonge

par Pierre St-Cyr
Fort-Coulonge
27 mars 2024
La séance d’information organisée par la MRC Pontiac à Fort-Coulonge, le 27 mars dernier, au sujet du projet de valorisation des déchets par incinération, en a fait sourciller plusieurs au cours de la soirée.
Deuxième d’une série de cinq, la séance a cherché à présenter aux francophones de ce secteur l’information disponible quant au projet de construction d’un incinérateur.
Divers enjeux toutefois liés au suremploi de vidéos peu instructifs, à la traduction déficiente de certains textes et à l’incapacité du présentateur de bien s’exprimer en français ont vite suscité l’impatience du public. Une frustration qui en a même conduit certains à demander, par exemple, au présentateur, le maire de L’Isle-aux-Allumettes Corey Spence, de ne plus utiliser les traductions préparées pour la soirée.
Ces enjeux mis a part, le public a écouté attentivement ce qu’avait à dire Corey Spence. Ce dernier a présenté les grandes lignes d’une analyse de rentabilisation de la technologie choisie par les firmes Deloitte et Ramboll (à la demande de la MRC et au coût de plus de 100 000$), pour assurer la valorisation des déchets résiduels du Pontiac.
Corey Spence a expliqué que trois technologies de traitement de déchets ont été analysées: pyrolyse, gazéification et combustion en masse. Le choix de la combustion en masse a été préféré aux autres, et ce, en raison de sa robustesse et de sa rentabilité.
Le projet envisagé en est un de 750 millions $ si l’on y incorpore une technologie de capture du carbone postcombustion. Il s’agirait d’un projet conçu pour incinérer plus de 400 000 tonnes de déchets.
Or, le Pontiac ne produit que 5 000 tonnes annuellement.
Le projet ne pourra aller de l’avant que si des partenaires sont trouvés pour défrayer les coûts de construction ( probable partenariat public-privé) et approvisionner la région en déchets.
Pendant la période de questions qui a suivi la présentation de Corey Spence, la préfète Jane Toller a tenu à rassurer le public en rappelant qu’aucune décision n’avait encore été prise et qu’aucun projet ou technologie n’a encore été retenu. « Nous n’irons pas de l’avant si la solution proposée, quelle qu’elle soit, met la santé de la population en danger ».
Les propos de la préfète n’ont toutefois pas semblé rassurer les quelque 70 personnes présentes.
Plusieurs d’entre elles ont carrément remis en question la pertinence même d’un incinérateur, faisant valoir que cette technologie constitue encore aujourd’hui une source importante de contaminants atmosphériques.
Pour un, Martin Le Guerrier a fustigé la MRC pour avoir présenté un projet qui met davantage l’accent sur l’économie plutôt que sur la santé. « Aux États-Unis, a-t-il dit, les incinérateurs sont toujours construits dans les comtés les plus pauvres. Il y a des raisons à cela. »
Colin LeBrun, un citoyen de Mansfield, a également émis de sérieuses réserves. « On est en train de manquer le bateau. L’avenir est au recyclage et au compostage, a-t-il rappelé. Des projets comme celui que l’on nous présente ce soir ne font que tempérer la volonté des gens à réduire leur utilisation du plastique et d’autres matières dangereuses. »
Par ailleurs, l’approvisionnement en déchets a particulièrement intéressé Linda Davis, membre du groupe Stop the Pontiac Incinerator. Elle et Jane Toller ont d’ailleurs eu un échange verbal aussi vif que cinglant sur la participation ou non d’élus de la ville d’Ottawa (possible fournisseur) aux discussions. « De toute façon, a rappelé madame Davis, le transport de déchets est interdit entre les provinces ».
L’enjeu de la santé publique a été maintes fois évoqué tout au cours de la soirée. Karen Chasles, une citoyenne en rémission d’un cancer, a résumé la pensée de plusieurs dans la salle du Club de l’âge d’or, en exhortant les autorités à « laisser tomber ce projet qui risque d’empoisonner notre environnement et tuer des vies ».
Verra-t-elle son vœu exaucé? Difficile à dire. Chose certaine, plusieurs étapes devront être franchies avant que ne soit effectuée la première pelletée de terre. A ce sujet, la préfète Jane Toller a promis qu’aucun argent de la population du Pontiac ne sera utilisé pour défrayer le coût des étapes à venir.
En attendant, les prochaines séances d’information auront lieu à Shawville, le 3 avril; à Campbell’s Bay, le 9 avril; et à Otter Lake, le 10 avril.

FREE ACCESS FOR EQUITY SUBSCRIBERS

This article is available free to all subscribers to The Equity. If you are a subscriber, please enter your email address and password below.

SET UP YOUR ONLINE ACCOUNT

If you are a subscriber but have not yet set up your online account, please contact Liz Draper at liz@theequity.ca to do so.

HOW TO BECOME A SUBSCRIBER

To become a subscriber to The Equity, please use our Subscribe page or contact liz@theequity.ca